savez-vous que... la canne à sucre est l’un des piliers du développement durable de La Réunion

Culture éco-responsable

Lutte biologique

La canne à sucre est un exemple en matière d’agriculture responsable, dans les champs, l’utilisation de produits phytosanitaires est très faible. Le principal ennemi de la canne est le ver blanc. La recherche, a permis de mettre en place une lutte biologique, grâce à un champignon, le Beauveria.

Fertilité des sols

La canne à sucre entretient la fertilité des sols et favorise la biodiversité grâce à la coupe en vert (sans brulage) qui redonne au sol tous les ans 3 000 à 5 000 kg de carbone par hectare. La culture de la canne nécessite l’utilisation de peu d’engrais. L’écume, coproduit de la canne, est utilisé par les planteurs pour amender les champs, ainsi 85 000 tonnes d’écumes valorisées permettent d’éviter l’utilisation de 1 800 tonnes d’amendements calciques et 2 500 tonnes d’engrais chimique.

Sélection variétale

La sélection variétale permet d’augmenter les qualités de la canne en créant des variétés plus résistantes aux maladies et mieux adaptées à leur zone de culture. On augmente ainsi les rendements sans recourir à plus de produits phytosanitaires.

Zone de solidarité écologique

Les champs de canne à sucre participent à la préservation du Parc National. Situés dans son air d’adhésion, les champs de canne préservent l’écosystème du Parc. Véritable espace de transition entre l’urbain et le cœur du parc, les champs de canne préservent la diversité des espèces et des habitats. Les champs de canne à sucre font ainsi obstacle à l’invasion des rongeurs et  la propagation des plantes invasives.

 

 

 

 

 



Voir les commentaires

  1. Guito dit :

    Comme quoi la nature peut parfois faire bien les choses. Je savais pas qu’on pouvait tuer un parasite avec un champignon.



  2. Babouc dit :

    Une bonne chose pour notre Parc National inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco



Réagissez : 2 commentaires